Participer à un colloque ; pourquoi et comment ?

Catégories : Informations sur les colloques

Pourquoi participer à un colloque ?

Les études doctorales sont, en général, ponctuées de quelques participations à des colloques. Des expériences desquelles découlent des publications d’articles qui ont le mérite de donner plus de crédit, de la valeur ajoutée au travail du doctorant tout  en constituant, surtout, un moyen de se faire connaître dans l’environnement universitaire ou de se former au métier d’enseignant-chercheur avant l’heure.

Sachant que la participation aux colloques devient de plus en plus une partie intégrante des études doctorales, et au regard de son importance sur les qualifications au Conseil national des universités (CNU), il est donc important de s’interroger sur le choix des colloques auxquels il faut participer et de savoir comment s’y prendre pour une participation bénéfique.

Trouver les meilleurs appels à communication

Répondre aux appels à communication permet au doctorant de valoriser son travail, au cours d’un colloque, en informant brièvement un certain public sur le contenu de son sujet, ses axes et objectifs de recherche, lui donne une idée claire de son travail de thèse et l’aide à promouvoir sa reconnaissance professionnelle. Plusieurs supports lui permettent de candidater afin de participer à ces expériences scientifiques :

  • Panneaux d’affichage des universités, écoles doctorales et laboratoires de recherche,
  • Les rubriques « agenda scientifique » ou « actualités scientifiques » des sites web des universités.
  • le site du CNRS
  • les supports web dédiés à la publication des appels à communication notamment fabula.org (littérature), calenda.revues.org (SHS)…

Inutile de rappeler que cette communication est plus productive lorsque le colloque choisi colle parfaitement au sujet du doctorant. Aussi, cette communication reste une contribution et ne doit aucunement prétendre à l’exhaustivité lors de la rencontre.

Quels liens entre la communication du doctorant et le contenu de sa thèse ?

Il importe de rappeler ici l’idée de la participation à un colloque qui doit être une expérience profitable aussi bien au doctorant qu’à sa thèse. Il serait donc plus bénéfique d’adopter certaines habitudes comme :

  • (Souhaitable d’) Eviter les doublons purs entre la communication et un chapitre de la thèse.
  • Développer une partie d’une réflexion pas encore ou peu approfondie.
  • Explorer le sujet au-delà des limites fixées.

Il n’existe pas de chiffre exact concernant la participation aux colloques pendant le doctorat. Néanmoins, trois participations semblent être le minimum requis pour permettre au doctorant de suivre un rythme raisonnable lui permettant de mieux se consacrer à la rédaction de sa thèse. N’oublions pas que la rédaction de la thèse doit être prioritaire au cours du doctorat et qu’une bonne thèse couronnée par les compliments d’un jury, vaut mieux qu’un travail pauvre assorti d’innombrables communications.

En somme, l’utilité d’un colloque, sa cohérence avec le sujet de la thèse, la justesse de la communication par rapport à la problématique générale du colloque, sont les éléments qui confèrent une certaine légitimité à la participation à un colloque.

Crédit photo : Université Paris-Sud

Auteur :Frédérique

Laisser un commentaire