COP 21: le climat au cœur des débats

Le réchauffement climatique est un défi qui concerne le commun des mortels. C’est pourquoi, du 30 novembre au 11 décembre, le monde entier sera représenté à Paris pour la 21ème Conférence de l’Organisation des Nations Unies sur le Climat.

De quoi s’agit-il ?

C’était en 1992 quand tout a commencé à Rio de Janeiro lors du sommet de la Terre dont l’objectif était de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère pour éviter une « interférence anthropique dangereuse avec le système du climat ». A l’issue du sommet fut signée la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

Pour réviser la mise en œuvre de cette Convention signée à Rio, les Nations Unies organisent chaque année la Conférence des Parties signataires (plus de 195 pays). On se rappelle de la première COP (Conférence of Parties) qui a eu lieu à Berlin en 1995, ou de la fameuse COP17 à Durban lors de laquelle le Fonds Vert pour le Climat fut créé. En 2015, c’est autour de la capitale française d’accueillir la COP21. Les dirigeants du monde entier et des représentants de la société civile s’y réuniront afin de tenter d’obtenir, pour la première fois en plus de 20 ans de négociation aux Nations Unies, un accord universel juridiquement contraignant sur le climat, ayant pour but de maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C.

Le rôle de la France

Seul pays à se porter candidat à l’organisation de la COP21, la France va présider cet évènement universel par le biais du ministère des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui sera soutenu par Laurence Tubiana, ambassadrice chargée des négociations climatiques. La ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal, dont les relations avec l’ancien Premier ministre sont assez tendues, représente quant à elle la France au sein de l’Union européenne dans les négociations.

Enfin, à noter que la conférence devrait aboutir à un accord international sur le climat, applicable à tous et surtout juridiquement contraignant. La France aura la lourde mission de faciliter les négociations. A suivre.